Tamara Schmidt

Après un assistanat à Zagreb (Croatie), son pays d’origine, et une formation au Conservatoire de Lausanne et au Studio de Danse Contemporaine en Suisse, son pays de naissance, elle passe par le cours Florent (classe libre) à Paris (prix de la mise en scène de l’Orestie d’Eschyle), sa ville d’adoption où elle vit encore. Mais c’est surtout sa rencontre avec Claude Régy qui lui ouvre des portes insoupçonnées dans sa connaissance des poètes, des auteurs, et surtout du théâtre contemporain (ou spectacle vivant). Aujourd’hui elle est hébergée par le théâtre de Buée. Elle s’intéresse beaucoup à la danse, l’art plastique et la performance. Parallèlement elle poursuit un travail personnel, qui confronte les différentes matières qui l’intéressent les unes aux autres : le corps, le texte poétique, la voix, le lieu (souvent atypique ou en-dehors de l’écrin de la boîte noire : une ancienne caserne militaire, un ancien hangar à poissons…), les matières naturelles (bois, pierre, eau…), artificielles, déchets, constructions, sons, etc. Elle aime pouvoir se dire en arrivant dans un lieu que le public arrive le lendemain. Depuis une dizaine d’années, elle s’inspire de l’oeuvre poétique de Sylvia Plath dans une tentative à chaque fois renouvelée de faire entendre « la petite voix intérieure » de l’auteur. Une nouvelle étape, un solo, a eu lieu à l’Anis Gras – le lieu de l’autre en octobre 2017.