En travail depuis 2012, Labelle-École est un dispositif d’enseignement et d’expérimentation par l’art. Construit de manière collective et collaborative par des enseignants, des acteurs pédagogiques et des artistes, pour les élèves de la maternelle au lycée, s’étendant jusqu’à la périphérie de l’école (centre de loisirs, de formations, structures sociales et médicales).

Chaque année, Labelle-École met en relation des enseignants (ou éducateurs) et des artistes qui élaborent ensemble des ateliers pédagogiques et artistiques. Visant à entremêler le plus activement possible les programmes scolaires, la pratique de l’art et les dynamiques d’apprentissage, ils prennent en compte et s’adaptent aux problématiques rencontrées sur les divers terrains d’intervention.

En raison de la crise sanitaire de la saison dernière, plusieurs modules Labelle-École ont été reportés cette nouvelle saison.

Découvrez le blog de Labelle-école ICI

Quelques projets qui ont eu lieu l’année scolaire passée:

En école maternelle

Des ateliers pour l’égalité

L’artiste photographe Kim lan Nguyên Thi proposera à partir du mois de mars 3 modules à des classes de maternelles autour de la question de l’égalité filles-garçons.

Avec le soutien de l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre

En école élémentaire

Écoute et percussions

Deux nouveaux modules ont démarré en décembre avec deux classes de CE2/CM1 de l’école Aimé Césaire d’Arcueil. Grâce aux percussions, Julien Catherine, l’intervenant, Noémie Lebastard et Sébastien Hermier, enseignant.es, souhaitent faire comprendre aux enfants l’importance de l’écoute de l’autre et la bienveillance.

Ma petite cabane

Depuis la rentrée, Clémence Guidon, enseignante en CP/CE2 à l’Ecole Jules Ferry d’Arcueil, pratique une pédagogie nouvelle : l’école du dehors. Une fois par semaine, la classe sort au parc Paul Vaillant Couturier pour apprendre différemment, en développant son autonomie et en utilisant ce qu’il y a autour ( notamment par l’observation de la nature ).
Clémence Guidon a souhaité proposer à des artistes d’intervenir avec elle pour cette nouvelle façon de faire classe. Ainsi, durant six séances, Laurette Tessier et Charlotte Desserre de la compagnie Pris dans les phares proposeront aux élèves de construire une maquette de cabane à partir de branchages trouvés dans le parc et de matériaux récupérés. L’occasion de travailler sa géométrie autrement !

Au collège

Je vous écris d’un pays lointain

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme “Avoir Lieu” initié par Julien Daillère et porté par l’association arcueillaise La Marge Heureuse, notamment au niveau de la recherche et de l’expérimentation sur les possibilités d’action artistique et de médiation à travers l’audio du téléphone. La Marge Heureuse fera intervenir La TraverScène pour une restitution à partir des travaux d’atelier. Julien Daillère propose à une classe de 3ème du Collègue Dulcie September un atelier d’écriture avec comme point de départ le poème Je vous écris d’un pays lointain de Henri Michaux. Les ateliers se sont faits en présentiel mais aussi en distanciel via une conférence téléphonique entre la classe et l’intervenant.
Une fois les textes produits, les élèves ont été accompagnés par Perrine Trébal pour les mettre en voix.

Une restitution a étée organisée à Anis Gras le lundi 28 mars 2022 avec la participation de La TraverScène.

ÉCOUTER LA MISE EN VOIX DU POÈME

Avec le soutien de la DAAC Créteil, des Écrivains Associés du Théâtre et de la Fondation du Crédit Mutuel pour la lecture

 

Comment le peuple a-t-il coassé cette semaine ? Des voix du 18ème siècle

Comment le peuple a-t-il coassé cette semaine ? Des voix au 18ème siècle est un projet de création musicale proposé par le compositeur Jean Christophe Marti et l’historienne Arlette Farge. Il permet aux élèves de s’initier à la musique et à l’art choral.
Ce projet se déploie à la fois au lycée Arago ( Paris 12ème ) auprès de 3 classes de 1ère et terminale et au sein du collège Dulcie September avec une classe de 3ème.
Pour chaque groupe d’élèves, il s’agit d’élaborer en commun, avec Jean-Christophe Marti et de manière participative, une création vocale autour du monde sonore du 18ème siècle tel qu’il se devine dans les archives relues par Arlette Farge.

Restitutions prévues au printemps à Anis Gras
Avec le soutien de la DRAC Île-de-France dans le cadre des résidences territoriales en milieu scolaire et de la Daac de Créteil