Institout

La compagnie Institout a été crée en 2013 par Benoit Peillon, et rassemble une trentaine de jeunes artistes, comédiens, costumiers, musiciens, et techniciens du spectacle, qui partagent le désir d’un théâtre riche fait de sons, d’images et de rencontres. En résidence dans le théâtre Anis Gras, le lieu de l’autre à Arcueil depuis septembre 2015, la compagnie met en place les Chroniques du Chaperon Vert à Arcueil, un projet d’écriture et de théâtre au coeur d’une cité au cours duquel il met en scène un spectacle par mois aux côtés des habitants. Ce projet prendra un nouvel élan en janvier 2018, avec la création d’un texte écrit par Julie Aminthe à partir du quartier du Chaperon Vert d’Arcueil et réunira une troupe de douze habitants du quartier ainsi que 4 comédiens professionnels.

En 2015 création: Tellement Vrai

En 2016 création: Le Royaume des maux (jeune public ) ainsi que dix formes réunissant comédiens amateurs et professionnels.

La compagnie Institout à crée le Collectif Sans Théatre Fixe: Création insitu qui s’empare du quotidien des lieux pour le réinventer au travers de spectacles éphémères et impromptus  (vitrines, des galeries et des parcs municipaux). Associée au Théâtre des Clochards Célestes durant la saison 2017-2018, présentation de sa dernière création durant le mois de février 2018, le polar Série Noire d’après le roman de Jim Thompson.

La compagnie Institout se définit

Être en éruption permanente: développer une énergie, une astuce, une intelligence de survie, exercer une vigilance de chat sauvage sur la réalité, le quotidien. Nous considérons la création comme un acte de résistance, un soulèvement de la pensée, une forme de sublimation du quotidien. Notre théâtre doit être là pour interroger, bouleverser, éveiller, faire jaillir une pensée. Il y a la pièce que le public voit jouer sur scène, et l’autre qui commence après la représentation, dans l’imaginaire de chacun.

Créer de nouvelle terres: la création d’un spectacle, ou d’une performance ne doit pas être la seule finalité de l’artiste. La beauté d’une œuvre ne réside pas dans sa finalité mais dans l’écho qu’elle fait résonner chez le spectateur, dans sa fonction fédératrice et créatrice de lien social.

Comprendre le monde: l’Institout défend un théâtre comme miroir déformant de la société, ancré dans les réalités de son époque et ambitionnant de les transformer. A partir de textes du répertoire, de pièces contemporaines ou de créations collectives, c’est le rapport de notre génération au théâtre et à la collectivité que nous voulons réinventer.