L’accueil et l’hospitalité sont des piliers du projet d’Anis Gras – Le lieu de l’autre. Ils répondent à une exigence de démocratie et d’écologie culturelle et de « coups de mains » à des propositions artistiques en quête d’espaces.

Comme Anis Gras s’affirme d’abord comme un lieu qui propose les conditions d’espace et de temps pour que le travail de création artistique puisse être développé, cette proposition s’applique également pour ce qui est de l’accueil territorial.

Un lieu référent

Il s’agit, le plus souvent, de diffusion ou d’expositions, rarement d’un temps de travail plus important. Le principe est d’essayer de répondre aux demandes et garder le lieu ouvert à des tentatives artistiques professionnelles ou amateurs.

Des acteurs culturels du territoires tels, l’EDIM, l’Académie de Créteil, Culture du cœur, le conservatoire du Kremlin – Bicêtre, le Département du Val de Marne, Les Services Jeunesse et Culture de la ville d’Arcueil,  l’association Hors Circuits,  la compagnie d’Ophée, Falaisies et Plateaux, Play me I’m yours (etc…) sont accueillis pour des projets ponctuels dans le lieu.

L’ETSUP, école supérieure de travail social. L’école a pour projet de qualifier les praticiens et les cadres de l’action sociale, de développer les compétences des professionnels et en particulier ceux qui oeuvrent dans le champ de l’insertion, de l’emploi et de l’entreprise, de promouvoir la recherche et la production des savoirs en travail social.

Kids, de Fabrice Melquiot Sarajevo. 1995. Premier jour de paix. Une bande d’adolescent. La paix. Ils apprennent à faire avec. La guerre. Ils apprennent à la quitter comme on quitte l’enfance. Premier jour de paix. Les orphelins. Préparent une parade. Toute l’Europe rivée enfin sur eux. Ils avancent avec l’espoir que tout va changer, la guerre là tellement présente que le temps on le remonte pour ne pas oublier, pour s’habituer à vivre sans la guerre. Note d’intention :  Ici, le paysage est en ruine et c’est le premier jour de paix.  Comment se reconstruire, comment vivre après la guerre ? Quand on a fini par s’habituer ?  Que reste-t-il sous les décombres ?  Fabrice Melquiot dépeint la résistance par l’humain. Le champs de bataille devient le terrain de jeu de ces orphelins maladroits, violents et drôles. Ces gosses ont vu des choses terribles, se sont créé une bulle vitale, ensemble. Ils ont grandi, se sont déployés avec la guerre, ils se sont regroupés pour survivre, avec une insouciance enfantine, mêlée à une brutale maturité.  Ici les enfants nous donnent l’exemple. Alors que nous remarquons nettement dans le paysage contemporain mondial, la montée des extrêmes, un clivage entre les peuples, une volonté de forger l’autre à sa propre image, à un unique modèle, cet éclectisme humain donne l’espoir de la possible hétérogénéité du monde.  Monter «Kids» c’est pousser un cri vital, envoyer une pensée à tous les enfants perdus, c’est refuser catégoriquement que la Guerre soit une caractéristique permanente de la condition humaine, c’est résister. Vendredi 22 et samedi 23 juin à 19 H 30 Tarifs : 5€ réduit, 10€ plein

Décrocher les étoiles a pour principaux buts le développement et la réalisation de projets artistiques incluant des jeunes en difficulté, La récupération, le recyclage et la réutilisation d’éléments de décors et divers matériels visant à être utilisés dans des projets artistiques, la mise à disposition et la location de lieux propres à développer des projets artistiques sous toutes les formes, L’équipe se compose de professionnels du cinéma, de la télévision, de la publicité et des médias mais aussi d’éducateurs spécialisés et d’intervenants du milieu médical. Plus d’informations ICI

Cœur des Antilles Anis Gras accueille Coeur des Antilles à l’occasion de son Gala, le samedi 5 mai 2018 et de son Festival, le samedi 30 juin.