Atelier de création artistique engagé dans l’exploration théâtrale et le plaisir de créer ensemble. Depuis sept ans, cet atelier grandit au cœur du lieu de l’Autre et trouve sa dynamique propre dans le rapport que les participant·e·s instaurent avec la proposition d’un·e artiste.
Qu’est-ce qui se fabrique entre l’artiste et nous ? Que devient-on dans le processus artistique ?
À partir de septembre 2021, le groupe se lancera dans un nouveau cycle de travail autour du texte de Pierre Rivière Moi Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère…
Depuis un an le groupe est accompagné par Éric Da Silva, Charles Piquion et Éric Frey.

Renseignements :
www.lelieudelautre.com – 01 49 12 03 29
Lila Giraud – rp@lelieudelautre.com
Mardi 29 & mercredi 30 juin 2020
Dimanche 11 & lundi 12 juillet 2020
Restitution dimanche 12 juillet

 

Le mot d'Éric Da Silva

« Après ces moments de confinements et de pratiques contrariées, nous reprenons nos esprits avec l’intention ferme de retrouver un groupe dès la rentrée et reconstruire un projet que nous ferons en sorte de mener jusqu’à la représentation de mois de juin 2022. Une étape de mi-parcours est prévue en décembre 2021, afin de mesurer le chemin restant et de créer un temps d’échange dont nous avons tant besoin — situer, comprendre, rencontrer et partager : en un mot retrouver cette conquête d’existence dont nous avons été privé toute l’année qui vient de s’écouler.
Nous voudrions construire une expérience : un projet en mouvement, un travail, mélange de plusieurs pratiques, propriétés d’initiations et de formations, — à partir d’un fait divers, d’un fait de société et de tous les commentaires qu’il a entrainés.

Ce fait divers, Michel Foucault l’a remis en lumière pour le faire connaitre. Dans le temps où il s’est produit (fin XIXème siècle) et jusqu’à nos jours, il reste dans la même attente d’explications de comparaisons, d’interprétations et de questions, comme on le dirait d’une pièce de Shakespeare, d’un roman de Dostoïevski ou d’un poème de Rimbaud… Heureusement sans résultats ni solutions fermes et définitives, et c’est ainsi que le projet du projet est, nous donnerons langage à notre regroupement, pour une naissance dont la tâche sera de faire apparaître ce qui ne pourrait pas sans nous, notre envie, notre assiduité créative, à notre place d’atelier Petite Fab’, se faire : par le théâtre, dire les derniers degrés et les plus ténus d’un réel, qui ont toujours autant de mal à se raconter.

Ce texte, puisqu’il s’agit d’un texte, sonne quand on l’entend pour la première fois, comme si nous l’avions déjà entendu, tout aussi soudainement qu’une insulte ou une poésie, une injonction à passer son chemin ou une invitation au voyage. « Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur, et mon frère … »
Ce texte donc qui a déjà fait l’objet d’un film du même nom de René Allio dans les années soixante dix, est depuis resté sans voix si je puis dire. Voici notre idée de le remettre en investigation et d’en faire une des premières, peut-être la première adaptation de théâtre, à notre connaissance du moins.

Comme nous avions commencé à travailler tous les trois, Éric Frey, Charles Piquion et Eric Da Silva, nous nous relaierons dans nos pratiques communes et respectives, nous nous informerons, nous associerons, simultanément, l’un après l’autre, en relai avec toujours le même souci collectif, ici (en Petite Fab’) si souvent médité, ce soucis de groupe afin que chacun de vous, de nous, apprenne, voit, entende, écoute, fasse et révèle de lui-même et collectivement son individualité.

Chaque fois qu’une personne se compose, elle se montre, apparaît, et c’est tout le langage du groupe qui en prend lui-même un coup, gagne une puissance, un engagement amplifié, fortifié, nouveau.

Pourquoi ce choix ? Mais parce que le sujet est sensible et que nous le sommes tous et, quand nous l’avons relu, comme je le disais plus haut, nous qui le connaissions ou qui le découvrions : il nous est venu dessus comme quelque chose qui quand il nous tombe dessus, un malheur ou un accident, il arrive en dépit de nous, charnellement.

Voilà, à nous de jouer cette fois, c’est à vous, votre tour, notre tour — ensemble, et à bientôt pour vous revoir. »

Éric Da Silva

L'exploration théatrale

La Petite Fabrique de théâtre n’hésite pas à emprunter des sentiers qui bifurquent pour explorer les différent moyens d’expression : jeu, mise en scène, écriture, cinéma, danse, son, arts-plastiques, etc.

L’atelier est hebdomadaire et son parcours se compose de plusieurs sessions d’exploration dans l’année avec différents artistes intervenants. Autant de rencontres et de chemins de traverse qui constituent l’histoire expérimentale et variée de l’atelier … à l’image de la diversité des participants qui composent le groupe.

Quelques témoignages des participants:

Anne La Petite fabrique est un espace de liberté. Luis Une fabrique de rêves ! Gérard L’atelier m’apporte joie et découverte d’un milieu que je connaissais pas. Sandra  La Petite fabrique, l’ambiance et l’exploration de divers domaines artistiques, me permet d’en apprendre sur moi et sur l’Autre. Karine  Nous venons d’horizons différents et pourtant nous sommes tous présents pour la même chose : rencontrer des espaces inconnus, s’appréhender soi-même, se découvrir, l’ouverture d’esprit, être soi… Ghilaine L’hétérogénéité du groupe est une véritable richesse et même un argument politique : une image complète de nôtre société sans barrière aucune. Nous n’aurions peut-être jamais été appelés à nous croiser dans la « vraie » vie…

Parcours d’expression en compagnie des artistes en résidence à Anis Gras. Atelier intergénérationnel actuellement composé de 14 participants et toujours ouvert à tous. Médiation et renseignements au près de Lila Giraud.