Laurent Melon
A l’Anis la nuit vous dit, bon voir
Les nuits tout s’allume, car miss Night passe me voir
Tout ressort mieux sous les lights, la teinte devient pop
Ma copine plein phares, vient m’tenir le crachoir
Tout deux on convoiture, on prend la lune en stop
L’astre a la bouche pleine, le bec en déversoir
Ca déborde des gouttières, d’eau de vie qui galope
La casserole s’y reflète, l’oiseau d’nuit vient y boire
Une clope pour le trop plein va nous servir d’écope
Pour vider de la tête, l’air qui comble les tiroirs
Desservant la cravate et le noeud qui syncope
On n’y suis pour personne, on consomme nos avoirs
On dîne au carbone, au fond du workshop
C’est que la nuit qu’on essuie ses déboires
Loin du ciel de lit, entre chien et myope,
Du coup on se quitte plus, et on commande à voir
L’infinie double vue, âme soeur du télescope
A fréquences variables anime le perchoir
Donnant aux images fixes, un penchant stroboscope
Et si vers cinq heures, ma foi je broie du noir
Je demande au soleil, de me lire l’horoscope